Partagez
 

 ☩ Angelika ♯ Ferme-la et barre-toi.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


☩ Angelika  ♯ Ferme-la et barre-toi.  Empty
MessageSujet: ☩ Angelika ♯ Ferme-la et barre-toi.    ☩ Angelika  ♯ Ferme-la et barre-toi.  EmptyDim 29 Juil - 12:48


Von Ertzen Angelika




    Âge : 15 ans
    Nationalité : Allemande
    Rang : Fantôme
    Groupe : F*ck la police



Caractère

Angelika. Autant ce nom fait penser à un ange, autant son caractère est tout le contraire.
L'adolescente est froide avec tout le monde, rejetant les autres, ne disant pas le moindre mot sur elle, son passé, ses goûts. A part qu'elle aime manger, on ne peut pas savoir grand-chose d'elle. Sa froideur est en partie due à une méfiance vis-à-vis des autres, mais aussi au fait qu'elle ne sait pas du tout comment exprimer ses sentiments, et ne veut donc pas avoir le faire. On peut donc dire qu'elle est tsundere.
Mais ce n'est pas tout. L'adolescente est aussi colérique, extrêmement colérique. Un petit mot de travers, et elle s'énerve. Et quand elle s'énerve, elle ne hurle pas, elle n'ignore pas les autres. Non, elle frappe. Directement, sans préavis, sans expliquer pourquoi. Plus expéditif. Et apparemment, on la respecte plus depuis qu'elle fait ça. A moins que ce soit de la crainte ? Mais, selon elle, la crainte est une forme de respect. Et puis, elle n'a pas peur de la solitude, alors que les gens aient peur d'elle ne la dérange pas.
Angel' est très sélective envers les autres. Elle accorde très difficilement sa confiance, mais il y a des personnes à qui elle ne l'accordera jamais. Elle déteste les « barbies », qui sont, vous l'aurez compris, les filles superficielles qui ne pensent qu'à la mode. En fait, elle a un point de vue bien particulier sur la société. Elle juge que les politiques considère le peuple comme des porte-monnaies sur pattes, que seule la violence peur leur faire peur, que tout ce qui compte pour eux c'est l'argent, qu'ils manipulent constamment les autres, sont orgueilleux, se servent de l'argent pour tout, notamment gagner des procès etc. Ce qu'elle dit le plus souvent, c'est que les femmes ont moins de droit que les hommes; ou plutôt, que l'égalité homme-femme n'existe que sur les papiers. Certains disent que c'est du pessimisme, qu'elle voit le mal partout. D'autres disent qu'elle est simplement réaliste, et, contrairement à pas mal de gens, ose dire ce qu'elle pense.
Cette dernière partie est totalement vraie. Angelika est d'une franchise implacable, qui en surprend même pas mal de monde. Elle a même le franc-parler qui va avec, qui fait parfois rire, d'ailleurs. Pas bien longtemps, car ça l'énerve, étant donné que ça lui donne l'impression qu'on se moque d'elle.
L'adolescente, qu'on soit un de ses rares amis ou non, refusera l'aide de quiconque. Elle veut être capable de se débrouiller seule, veut montrer qu'une femme peut se débrouiller seule. Et elle ne veut pas avoir la sensation d'être un poids, d'être une incapable.
De plus, elle ne se plaindra jamais. Enfin, jamais de choses vraiment graves. Étrange ? C'est parce qu'en se plaignant de choses peu importantes, elle donne l'impression qu'elle se plaindra si elle souffre de quelques chose de grave, que ce soit récent ou non. Ce qui est totalement faux. Dès que ça la blesse vraiment, elle enfouit tout sous une carapace.
A l'inverse, si quelqu'un lui demande de l'aide, elle sera ravie et acceptera. Mais si vous êtes polis. Parce qu'Angel' exècre tout ce qui ressemble de près ou de loin à un ordre, et lui donner un ordre est sans doute le meilleur moyen de l'énerver. Même venant d'un adulte, quel qu'il soit, elle ne le supporte pas. Et, si il le faut, elle n'hésitera pas à frapper un professeur. Mais, pour ça, il faut déjà qu'elle aille en cours. Car l'adolescente à la manie de sécher tous les cours, préférant de loin se balader dans l'établissement ou rester sur le toit.
Enfi bref, peu de personnes osent lui demander de l'aide, ou lui donner un ordre, de peur de se faire frapper . Seuls ses rares amis osent lui demander. Et généralement, ils ne sont pas dessus. En parlant de ça, Angelika est très attentive au bien-être de ceux qu'elle apprécie. Honnêtement, ça ne se voit pas. Mais elle observe les gens bien plus que ce qu'on dirait, et arrive ainsi à analyser leur comportement. Enfin, il lui est déjà arrivé bien des fois de se tromper, mais elle arrive assez souvent à comprendre les personnes. Elle analyse d'ailleurs le fonctionnement de la plupart des personnes, histoire de voir si elle pourra leur faire confiance à un moment ou à un autre.
Mais retournons au sujet précédent. L'Allemande apprécie donc de pouvoir aider les autres. C'est d'ailleurs un des seuls moments où elle ne fait pas preuve de flemminguite aiguë. De plus, elle fera toujours passer le bien-être des autres avant le sien. Enfin... Si elle n'est pas énervée, évidemment.
Angelika a une tendance, assez régulière, à casser tous les objets qui se trouvent dans une salle. En fait, c'est plus pour se défouler que pour autre chose. Car, avec son caractère, il y a toutes sortes de choses qui l'énervent, mais Angel' a un minimum de dignité (même si ça ne se voit pas toujours), et ne hurlera jamais sur une crotte de chien parce qu'elle est énervée d'avoir marché dessus. Du moins, plus maintenant. Donc tous les petits ennuis de la vie quotidienne, plus sa haine de la société ( ce qu'elle détestant le plus étant sans doute l’inégalité homme-femme ), son désarroi face à un évènement de son passé, font que de temps en temps, il y a une goutte qui fait déborder le vase ( qui se remplit assez rapidement ) et qu'elle se retrouve à casser du matériel dans une salle quelconque.
Impulsive, têtue comme une mule... Il y aurait encore bien d'autres chose à dire sur cette adolescente, mais il vaut mieux que vous le découvriez vous-même.




Physique

Angelika n'est pas tout à fait ce qu'on s'attend à voir lorsqu'on pense à une allemande.
Plutôt petite, elle semble bien frêle comparé à la majorité des gens du pensionnat. Beaucoup se demandent d'ailleurs pourquoi elle est aussi frêle, étant donné qu'elle est toujours en train de manger quelque chose. Généralement, ce sont des mikados, mais elle mange assez souvent des sortes de gâteaux en formes de poissons ou un pain plutôt étrange.
Mais retournons à nos moutons. Même si elle est fine, Angel' est plutôt forte, car la majorité de ce que contient son corps est des os et des muscles. Lorsqu'elle porte des vêtements moulants ou des tee-shirts sans manches, on s'aperçoit bien vite qu'à chacun de ses mouvements, des muscles saillent légèrement. Enfin, si on s'amuse à la fixer. Sinon, ça ne saute pas aux yeux. Évidemment, elle a un peu de graisse, comme toute personne normalement constituée, mais pas énormément. Juste ce qu'il faut pour ne pas paraître anorexique, en fait. On peut donc dire que c'est l'idéal.
L'adolescente, il faut bien l'avouer, n'a pas beaucoup de formes. Sa poitrine est plutôt petite, bien que visible, et sa taille plutôt étroite, surtout comparé à la majorité des filles. Elle fait donc assez enfantine, de par sa taille et ses formes, et déteste qu'on le lui fasse remarquer, tout comme elle déteste qu'on lui dise qu'elle est petite ou plate.
Pourtant, elle apprécie bien sa petite poitrine, lorsqu'elle fait du sport. Étant plutôt sportive, elle est heureuse de en pas être gênée par des « seins de vaches à lait », comme elle le dit si bien; lorsqu'elle se dépense. De plus, elle aime bien porter des vêtements assez androgynes, et apprécie souvent les vêtements masculins; et ses formes lui permettent de porter des vêtements masculins sans soucis. D'ailleurs, à ce sujet, on peut dire qu'Angelika ne se comporte pas comme la majorité des filles.
Elle préfère porter des vêtements simples et confortables aux couleurs ternes, à des vêtements « stylés » et « à la mode », traitant cette dernière de « truc inutile servant de bouffe-fric pour les états grâce aux abruties ». Est-ce vraiment utile de parler du maquillage ? Elle exècre ces « pots de peinture pour humains », et regarde d'un mauvais œil celles qui en portent, bien qu'elle supporte celles qui en mettent peu. Elle se retrouve souvent à fouiner du côté vêtements masculins pour trouver ce qu'il lui plaît. De plus, elle aime les vêtements amples qui ne gênent pas les mouvements. Étant, comme dit plus tôt, plutôt plate et avec peu de formes, beaucoup la prendrait pour un garçon si son visage et ses cheveux n'étaient pas là pour rétablir la vérité.
Puisque normalement, son allure devrait être désormais facile à visualiser, passons à ce fameux visage et à ses cheveux, qui brisent le cliché de l'Allemande blonde aux yeux verts comme si c'était du cristal. Commençons par ses cheveux. D'un rouge éclatant virant au rouge sang à l'ombre, ses cheveux sont lisses mais volumineux. Tombant en cascade jusqu'aux creux de ses reins, ils sont ébouriffés, faisant vaguement penser à un hérisson lorsqu'ils sont détachés. Mais la rouquine les attache en queue-de-cheval, retenue par un ruban noire. Elle la coiffe tellement haut qu'elle est visible de face, ainsi que le ruban noir lui servant d'élastique. Évidemment, il reste toujours des mèches s'en échappant, mais c'est déjà plus pratique que d'avoir une masse informe pleines de pics dans le dos. Une frange plutôt éparse tombe sur son front, cachant légèrement ses sourcils sans pour autant gêner la lisibilité de ses expressions, rouge eux aussi, évidemment.
Ses cheveux tranchent sur son teint extrêmement pâle, au moins un critère valable dans le cliché de l'Allemande. En effet, Angelika n'est ni une fanatique du soleil, ni une fanatique des cabines UV, soit « boîtes lumineuses inutiles donnant un aspect de pruneaux à la longue »; et n'est que très peu bronzée, si bien que son pseudo-bonzage ne tient jamais longtemps. Passons maintenant à ses traits. Elle a un visage plutôt fin, bien que certaines de ses expressions lui donnent parfois un air de gamine. Dotée d'un nez légèrement retroussé, tout en étant aquilin, et de lèvres fines pas très colorées, ses traits suivent la ligne imposée par la forme de son visage, lui donnant un air délicat qui en convient pas réellement à son caractère assez explosif. Parlons de ses yeux. Elle a des yeux plutôt grands, assez expressifs mais conservant presque toujours un éclat de méfiance. Du même rouge que ses cheveux et dottés de cils plutôt longs, les reflets les font parfois paraître un peu plus sombre.
Maintenant, passons à sa démarche. La rouquine marche d'une manière plutôt masculine, d'un faux air tranquille alors qu'elle est constamment sur le qui-vive, toujours prête à donner un coup à quelqu'un. Contrairement à certaines filles, elle ne « roule pas du cul comme un hippopotame ».
En bref, Angelika est petite, frêle, mange toujours quelque chose,avec peu de formes, s'habille de manière simple, décontractée, et plutôt masculine; a des cheveux et des yeux rouges, la peau pâle, et les traits fins.



Histoire

Angelika est née un glacial jour d'hiver, alors que la neige recouvrait la ville de son manteau blanc en tombant mollement. Lorsqu'elle fut plus âgée, sa mère , Layelia,disait souvent en disant que les enfants nés en hiver avait le sang-chaud en la regardant. Mais retournons au moment de sa naissance. Angelika n'est pas née seule. En effet, Layelia, alors âgée de seulement 18 ans, donna naissance à des jumelles : Angelika et Ekaterina Von Ertzen, les deux dotées d'yeux rubis et de cheveux de sang. Angel' fut l'aînée de 12 minutes.
Leur père, lui, était un jeune homme de 18 ans lui aussi fuit, voulant vivre encore un peu la joie immature de faire la fête jusqu'à pas d'heures en se soulant, et ayant peur de la responsabilité qu'était avoir un enfant.
Layelia en fut atteinte, mais la présence des jumelles la réconfortait. Elle vivait encore chez sa mère, qui l'aidait à s'occuper des bébés qu'étaient 'Kate et Angel'. Bien qu'au départ, ses parents avaient mal réagi, ils avaient fini par accepter la situation. De toute façon, ils ne pouvaient pas faire autrement vu qu'ayant fait un déni de grossesse, Layelia avait découvert qu'elle était enceinte après les trois mois réglementaires pour l'avortement; et elle ne se sentait pas capable de mettre ses jumelles à l'orphelinat, surtout qu'il était presque sûr qu'elles seraient séparées.
Tout ça pour dire que les deux gamines furent élevées par leur mère, mais aussi par leurs grands-parents, enfin, surtout par leur grand-mère, qui était mère au foyer. Dès leurs premiers pas, une certitude apparut : les deux enfants allaient être inséparables.
Les jumelles furent bien élevées, plus par leur grand-mère que par Layelia. Quand à leur grand-père, il ne s’occupait pas vraiment d'elle. Machiste de nature, il se plaignait relativement souvent en disant que des garçons auraient été plus utiles, que les filles n'étaient bonnes qu'à faire le ménage et qu'il y en avait suffisamment dans cette maison; et toutes sortes de choses dans le même style.
Ekaterina et Angelika grandirent donc dans un environnement presque favorable. Malgré les piques incessantes que leur lançait leur grand-père, elles étaient bien élevées, et heureuses lorsqu'elles étaient seules toutes les deux, ou avec Layelia et leur grand-mère. Comme le présageait leur comportement dès la naissance, elles étaient très proches, voir inséparables. Elles étaient le cliché même des jumelles fusionnelles, incapables de vivre l'une sans l'autre.
Elles grandissaient, se racontaient tout, faisaient des rencontres, apprenaient de leurs erreurs, se disputaient parfois, mais jamais très longtemps. Elles gagnaient en maturité, évoluaient, découvraient toutes sortes de choses, constamment collées l'une à l'autre. Les blessures que leur infligeaient les paroles de leur grand-père ne disparaissaient pas, mais elles avaient appris à vivre avec, à les surmonter, à ne pas s'en préoccuper. Après tout, même si il ne l'avouerait jamais, il les appréciaient, ses deux petites-filles. Et celle-ci s'en rendirent compte, par le biais de petits geste pourtant anodins, qu'elles avaient remarqués chacune de leur côté et mis en relation. Elles savaient être observatrices, quand elle voulaient savoir quelque chose sans pouvoir le demander.
Les jours passaient et se ressemblaient, Layelia se reconstruisait une vie amoureuse et venait de retrouver du travail. Les gamines étaient devenues des pré-adolescentes et s'apprêtaient à rentrer au collège. Vie tout ce qu'il avait de plus commune, qui satisfaisait parfaitement la famille.
Cependant, ça ne pouvait pas être toujours comme ça. Et lors du début de la 5ème, pour une raison inconnue, Ekaterina mit une barrière entre elle et Angelika. Une petite barrière, pratiquement invisible. Mais qui était quand même présente. Dès qu'Angel y faisait la moindre allusion, 'Kate se braquait. Peu importe comment elle s'y prenait, par la force ou la douceur, 'Kate se braquait puis fuyait, refusant de se livrer alors qu'elle l'avait toujours fait auparavant. Elle avait même commencé un journal intime, comme si elle ne faisait plus suffisamment confiance à sa sœur jumelle pour lui livrer ses pensées. Soeur jumelle qui avais d'ailleurs bien envie de lire le journal en question, mais se retenait pour conserver la fragile confiance qu'Ekaterina avait encore en elle.
Pourquoi ? Angelika n'était-elle plus assez bien ? Après tout ce temps, Ekaterina avait-elle l'impression qu'elle était faible, inutile, indigne de sa confiance ? Toutes ces suppositions étaient aussi douloureuses qu'incertaines, et cette barrière était mise sous silence auprès des autres. Elles se comportaient normalement tant qu'il y avait des personnes à proximité, et une chape de plomb s'abattait dès qu'elles étaient seules, le poids du silence de 'Kate.
Pourtant celle-ci ne se décidait pas à parler, et lorsqu'elle décidait quelque chose, il était extrêmement compliqué, même pour sa jumelle, de lui faire changer d'avis. Puis, au fur et à mesure, Ekaterina s'éloigna vraiment d'Angelika, se rapprochant des gens de sa classe, la délaissant presque. Évidemment, les autres s'en rendirent compte et remuèrent le couteau dans la plaie en demandant « Qu'est-ce qui s'est passé ? », « Vous vous êtes disputées ? » et d'autres questions dans le même genre. Heureusement -enfin, en quelque sorte- la fin de l'année était proche et cette histoire n'allait pas l'embêter longtemps. C'était du moins ce qu'elle pensait. Car la situation empira encore un mois avant les vacances d'été. Comment ?
Eh bien, les amis vers qui s'étaient tournée Ekaterina, la rejetèrent, pour une raison inconnue d'Angelika. Ils se mirent à lui lancer des regards dégoûtés, à la rabaisser à la moindre occasion. Angel' essayait bien sûr de l'aider, car malgré l'éloignement des jumelles, pour elle, c'était toujours sa sœur adorée, son double, la deuxième partie d'elle-même. Et, à chaque fois, elle recevait comme réponse, « Ca ne te regarde pas. »; « Tu ne sais même pas qui est ta sœur.», « Cette fille ne mérite pas que tu la protège. »
Des mots qui lui firent mal, évidemment. Mais elle persistait, elle était têtue comme une mule. Même si elle avait mal, elle n'avait pas le droit de laisser sa sœur souffrir. Elle n'en avait rien à faire du pourquoi ou du comment, elle n'avait pas à être humiliée devant tout le monde. Mais ce qui lui faisait le plus mal dans tout ça, c'est que personne ne lui donnait la raison de ses agissements. Ni 'Kate, ni ceux qui la rabaissait. Elle la protégeait sans savoir de quoi. Et la relation entre les deux sœurs se dégradaient de plus en plus rapidement, à un tel point que même leur famille hétéroclite, qui n'avait rien remarqué grâce à la comédie que jouaient les deux pré-adolescentes en leur présence; s'inquiétaient et leur posaient des questions.
Et tout ça ne faisait qu'empirer la situation. Les jumelles se parlaient à peine, pour les politesses, ne parlaient plus de sujets inutiles mais drôles comme elles en avaient l'habitude. Leur relation disparaissait, comme si elle n'avait jamais existée.
Et Angel' ne savait toujours pas pourquoi.
Les vacances d'été finirent pas arriver laborieusement. La situation n'avait pas empiré. Heureusement, sinon ça aurait vraiment été l'enfer. Et Angelika aurait fini par s'énerver contre sa sœur, à ce rythme. Et puis, peut-être que les vacances allaient leur permettre de reconstruire leur relation sur les décombres de celle d'avant. Peut-être. Mais espérer ne coûtait rien.
Mais au bout d'un mois, rien n'avait changé. Les jumelles se parlaient plus qu'auparavant, mais pas de la même manière. Par leurs mots, leurs attitudes, on sentait bien que les deux étaient gênées, voulaient parler plus sérieusement. Mais ne pouvaient pas.
Un jour de juillet, Ekaterina disparut. C'était l'après-midi, et la chaleur faisait sommeiller, aussi Angelika mit du temps à s'en rendre compte. Elle partit à la recherche de sa jumelle, parcourant les différentes pièces de la maison. La rouquine finit par monter au grenier. Elle regarda partout, puis leva la tête. Et hurla, ne sachant que faire d'autres. Elle recula, les yeux écarquillés, pâle comme un linge, des larmes roulant sur ses joues de porcelaine.
Ekaterina s'était pendue à une poutre.
Sa famille arriva peu après, ayant entendu son cri.

Le lendemain, encore sous le choc, Angel' voulut malgré tout savoir ce qui s'était passé. C'était la chose la plus importante à ses yeux : savoir pourquoi sa sœur avait agi comme ça. Elle alla donc dans la chambre d'Ekaterina, et regarda son journal intime après avoir cherché sa place et la clé. Ce qu'elle lut la figea sur place.

» Hey.
Ça me fait bizarre de me confier à un journal, à quelque chose au lieu de quelqu'un. Mais si je le disais à quelqu'un, ce quelqu'un finirait sans doute par me jeter des regards dégoûtés. Donc je fais ce que je peux. Je me confie à ce qu'il reste. Un vulgaire morceau de papier. J'espère que ça m'aidera quand même à supporter un peu mieux mes sentiments...
C'est à la fois bête, étrange et extrêmement douloureux. Et c'est monstrueux, aussi. Ressentir de tels sentiments pour sa propre sœur, jumelle qui plus est... J'aimerais tellement l'oublier, ou pouvoir le contrôler... Ce stupide amour qui me pourrit la vie. J'ai été obligée de m'éloigner d'elle. Parce que j'avais des pensées sales, si sales... Je ne pouvais pas la salir.
Car elle est pure. Elle est garçon manqué, colérique et violente, mais elle est pure, comme la neige qui est tombée le jour où on est nées.
Et moi... Et moi, je la salis. Cette adolescente flamboyante, qui est censée me ressembler physiquement, mais est si différente, si belle. Ses traits sont si fins, si délicats, contrastant avec sa personnalité si caractérielle sans pour autant être méchante. Plus attentive aux besoins des autres qu'elle ne voudrai jamais l'avouer. Qu'elle ne l'avouera jamais. Elle a tellement de qualités... Que j'en oublie ses défauts. De toute façon, je les aime aussi, ses défauts. Elle est un tout, tout ce que je ne serai jamais. Elle est envoûtante sans le vouloir, elle est si belle, avec ses yeux rubis et ses cheveux soyeux, sa peau lisse et pâle, sans imperfection.
[...]
Et moi je profite lâchement d'elle, de chacun de ses gestes de tendresse fraternelle qu'elle a envers moi. Alors j'ai mis une barrière. Parce que je deviens accro à elle, au moindre de ses gestes.
[...]
Elle veut savoir, elle veut que je lui dise ce qui se passe. Et moi je fuis. Ça me fait mal, de voir la douleur que ça lui fait. Mais je ne peux pas faire autrement. Je préfère m'éloigner d'elle plutôt que de tout lui dire. Plutôt qu'elle me regarde avec dégoût, une fois qu'elle saura à quel point je suis malsaine, sale et... Monstrueuse. C'est le seul mot qui exprime ce que je suis avec assez de force.
[...]
Je l'ai délaissée, au profit des autres. Ça me fait mal, ça me fait si mal... Mais je suis obligée. Sinon, ça aurait déraillé. Parce que je suis trop faible pour vaincre cet amour cruel et injuste avec ma seule volonté. Trop faible. Beaucoup trop.
[...]
Je suis beaucoup plus proche de Sylvia que des autres. Elle m'a dit que je pouvais tout lui dire, absolument tout. Est-ce que c'est vrai ?
[...]
Je lui ai dit. Je n'aurais pas dû le faire. Elle m'a insultée, m'a lancé ce regard dégoûtée dont j'avais si peur. Elle a dit que j'étais un monstre... Je suis sûre qu'elle va le dire à Angelika. Bordel. Je suis vraiment idiote d'avoir pu croire qu'elle avait dit la vérité. Faible, monstrueuse et idiote.
[...]
Elle me protège, me défend. Pourquoi ? Elle se fait rabrouer, humiliée elle aussi. Mais continue de me protéger. Je ne le mérite pas. Je ne la mérite pas. Je ne mérite pas d'être sa sœur, moi qui suis si horrible. Je ne mérite pas de lui ressembler, même si c'est juste physiquement. De toute façon, même comme ça, elle est bien plus belle que moi. Elle n'est pas mon double, comme certains le disent. Elle est bien trop belle.
[...]
Est-ce que je mérite d'exister ? Les vacances d'été sont arrivées, et elle a continué à me protéger, jusqu'à la fin, même si les répliques des autres lui faisaient mal. Moi, je peux être rabaissée, humiliée, ce n'est pas grave. Mais elle, elle, elle ne le mérite pas ! Je suis si faible, je profite constamment d'elle...
[...]
Non. Je ne mérite pas d'exister.


Encore quelques pages où elle se lamentait, où elle se détruisait mentalement. La quasi-totalité des pages étaient mouillées des larmes d'Angelika. Elle était si bête que ça ? Si stupide ? Comment avait-elle fait pour ne pas s'en rendre compte ? Elle avait pourtant toujours fait attention à 'Kate... Alors pourquoi ? Pourquoi ? Elle serra le carnet de cuir contre elle en continuant de pleurer.
Misérable. Elle était misérable.

Angelika vivait mal, très mal cette situation. C'était normal, mais la voir se balader en mode zombie dans la maison n'améliorait en rien l'état des autres membres de sa famille. Elle se sentait stupide, si stupide, de n'avoir rien remarqué. Elle était aveugle, elle qui pensait toujours faire attention aux autres. Elle n'avait rien remarqué, dans son regard, dans ses actions... Il y avait pourtant dû avoir des signes, beaucoup de signes involontaires. Mais elle... Elle était trop stupide pour l'avoir remarqué.
Elle avait perdu son double, la deuxième partie d'elle, la seule véritable amitié qui comptait à ses yeux. Mais pourquoi ? Pourquoi est-ce que c'était arrivé à elle et à Ekaterina, et pas à d'autres jumelles ? Qu'est-ce qu'elles avaient fait pour mériter ça ? Rien, rien, elles avaient toujours tout fait pour ne pas avoir de problèmes, malgré le caractère sanguin de la rouquine, alors... Pourquoi ? Elle ne l'avait pas mérité, il n'y avait aucune logique ! Pourquoi était-ce aussi cruelle ? Et pourquoi est-ce qu'il n'y avait jamais de réponses ?

Les vacances d'été finirent, sur la même note de tristesse et de douleur, et Angel' dut reprendre les cours. Mais elle ne supportait plus rien. Ni les questions incessantes de ses camarades pour savoir ce qu'était devenue 'Kate, ni les moindres ordres qu'on lui donnait, ni la société qui n'avait rien fait pour punir les responsables. Ekaterina n'aurait peut-être pas mis fin à ses jours sans les brimades des élèves. Mais ça, ça n'avais jamais été pris en compte. Officiellement, elle s'était suicidée, et peu importe la raison, c'était 'Kate la responsable. Sauf que ce n'était pas totalement vrai !
Comment avoir confiance en une société aussi tordue ? Qui privilégiait les riches ? Qui égalisait les hommes et les femmes seulement sur les papiers, alors que c'était faux ? Qui ne cherchait pas la cause d'un suicide, qui pouvait être provoqué par les autres ?
Et surtout, comment ne pas haïr une telle société après ça ? Encore une question sans réponse. Mais pour une fois, cette absence la soulageait. Ça signifiait qu'elle avait raison, alors ça la satisfaisait. Futile et enfantin. Mais elle n'en avait rien à faire.
L'année passa, et Angelika changea. Elle qui avait toujours été docile, et s'était un minimum retenue de frapper quand elle était en colère ne le faisait plus. Il suffisait de faire une seule chose qui lui déplaisait et elle frappait. N'importe qui. Élève, professeur, surveillant. Et étant donné qu'elle détestait les ordres, elle se faisait relativement souvent virer de cours. Puis elle fut renvoyée, purement et simplement.
Le temps que la lettre fut envoyée à ses parents, elle se balada dans la rue. Toute excuse était bonne pour échapper à la maison. Chaque pièce était teintée d'un souvenir de sa sœur, et l'ambiance était devenue morne et ennuyante depuis la mort de celle-ci.
Dans cette rue, elle remarqua d'autres adolescents de son âge. Qui se battaient, frappaient, relâchait leur rage contre les autres, rage de la vie, de leur histoire; en prétextant que c'était pour avoir tel ou tel quartier sous contrôle. Ça lui plut. Pouvoir frapper tout son soûl, juste parce que l'on en avait envie, et sans que l'autre en soit gênée. Ouais, ça avait l'air pas mal. Peu importe pourquoi l'on était en colère, tant qu'on frappait les bonnes personnes, c'était bon.
Elle les rejoint. Sans véritablement réaliser ce que ça signifiait. Puis sa famille reçut la lettre. Ils l'inscrivirent alors à un autre collège, pour la fin de son année de 4ème. Angelika y alla le premier jour. Puis les jours suivants, elle sécha. C'était mieux de se balader dans la rue. Elle aimait ça, sentir son adrénaline bouillir dans ses veines; tandis qu'elle se déchargeait de sa colère. Et puis, personne ne lui disait quelque chose.
Certaines personnes la plaignaient, après qu'elle eut perdu un quelconque combat, et qu'elle en ressorte en mauvais état. Elle, les trouvait ridicule. La rouquine faisait ce dont elle avait envie. Elle rentrait tard, souvent blessée, et trouvait toujours le moyen de s'en aller le matin suivant. Elle n'avait aucune obligation, elle était libre. Pas comme tous ces abrutis qui croyaient avoir l'air important sous prétexte qu'ils avaient un travail bien payé, ou qu'ils étaient riches. Ça, ce n'était pas la vraie vie.
La vie avait toujours été la loi de la jungle, alors autant véritablement agir comme on le voulait, même si cela signifiait agir comme des animaux en se battant pour régner sur des rues.
Puis son grand-père mourut. Sous ses yeux. Alors qu'elle rentrait un soir sans véritable importance, elle le trouva, pâle comme une linge, recouvert d'une fine pellicule de sueur, son visage tordu en une grimace de douleur, la main sur le cœur, l'air de souffrir le martyr en soufflant comme un bœuf.
Il lui dit quelques mots, puis s'effondra, sous le regard anéanti de l'adolescente. Pourquoi est-ce que c'était toujours elle qui voyait les gens mourir ? Elle n'avait même pas remarqué que la santé de son grand-père empirait.
Et tout ce que Kate appréciait chez elle avait disparu. Sa douceur, l'attention qu'elle prêtait aux autres... Tout avait disparu au profit de cette haine contre la société. Et c'était seulement lorsqu'elle souffrait encore plus qu'elle s'en rendait compte.
Une larme roula, puis deux, puis trois. Et elle se rapprocha du corps inerte de son grand-père, avec un sourire aussi faible et détruit que son mental, en murmurant quelques mots d'une voix rendue chevrotante par les sanglots. Il l'avait attendue. Il l"avait attendue quand il avait compris qu'il allait mourir, parce qu'il savait que c'était la seule chose qui pourrait la ramener à la réalité.
Elle avait beau dire et faire ce qu'elle voulait, quand elle n'était pas aidée, elle se dirigeait toujours vers le mauvais chemin.
Son grand-père fut enterré peu de temps après, et elle resta chez elle, le temps de soigner ses blessures,autant physiques que morales, et de prendre des résolutions afin d'éviter de trop dérailler, comme elle l'avait fait. Et puis elle reprit les cours. Mais même si elle s'était améliorée, elle ne parvenait plus à contenir sa colère. Enfin, un peu. Elle ne maugréait plus d'insultes. Par contre, elle continuait de frapper, sans pour autant expliquer sa réaction.
Est-ce vraiment utile de préciser qu'elle fut à nouveau renvoyée ? De plus, elle avait désormais un dossier exécrable qui faisaient qu'elle n'était plus admise aux seins des établissements. Qui voudrait d'une adolescente qui frappait presque tout ses professeurs, ses camarades ? Personne avec une personnalité normale.
Et c'est dans cette situation précaire qu'elle acquis sa quinzième année d'existence, chiffre misérable qui contenait pourtant beaucoup de souffrances.
Peu de temps après, elle appris que sa mère avait trouvé un pensionnat qui l'acceptait : Ghost Gakuen. L'adolescente trouvait le nom assez bizarre -« le directeur est fan des trucs occultes ? » ayant été sa première réaction -, mais ça lui suffisait. Après tout, elle allait pouvoir reprendre une existence normale.
Alors qu'elle allait chercher du pain, peu avant son arrivée au pensionnat, les adolescentes de son ancien groupe de délinquantes la retrouvèrent. Et en guise de cadeau d'adieu, la tabassèrent. En même temps, elle était partie sans prévenir, il fallait s'y attendre. Elle avait déjà de la chance de ne pas être morte. Alors qu'elle se dirigeait en pestant contre la douleur, elle croisa une adolescente aux cheveux argentés qui se planta devant elle, tête penchée, et son regard pourpre semblant indiquer qu'elle voulait l'aider. Au lieu de ça, elle déclara :

« Dis, tu aimes les pocky à la fraise ? »

Angel' écarquilla les yeux, perplexe. Mais son attention fut détournée par un crissement de pneus. Ah ouais, un camion arrivait, et avait déraillé. Et fonçait droit sur les adolescentes.

Après ça, Angelika ne se souvient pas exactement de ce qui s'est passé, n'ayant que quelques bribes de souvenirs. Elle ne se souvient donc pas qu'elle est morte, même si elle se souvient du corps inerte de la fille aux cheveux argentés.
Quelques jours après, elle arriva au pensionnat, avec toutes ses valises.



And you ?
    Âge: 14 à la fin de l'année ewe
    comment avez-vous découvert le forum : Par le pingouin ♥️ (Winter)
    comment le trouvez vous : Il est beau, et intéressant :3
    code : Bu par Jo' o/
    autre : danse 1


Dernière édition par Angelika Von Ertzen le Dim 12 Aoû - 14:47, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


☩ Angelika  ♯ Ferme-la et barre-toi.  Empty
MessageSujet: Re: ☩ Angelika ♯ Ferme-la et barre-toi.    ☩ Angelika  ♯ Ferme-la et barre-toi.  EmptyDim 29 Juil - 14:07

Hey, bienvenue sur le forum o/
J'adore ton vava *w*
Bonne continuation pour ta fiche o/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


☩ Angelika  ♯ Ferme-la et barre-toi.  Empty
MessageSujet: Re: ☩ Angelika ♯ Ferme-la et barre-toi.    ☩ Angelika  ♯ Ferme-la et barre-toi.  EmptyDim 29 Juil - 14:37

    Bienvenue ! Effectivement, j'aime beaucoup ton vava aussi. :)

    Bonne continuation pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


☩ Angelika  ♯ Ferme-la et barre-toi.  Empty
MessageSujet: Re: ☩ Angelika ♯ Ferme-la et barre-toi.    ☩ Angelika  ♯ Ferme-la et barre-toi.  EmptyDim 29 Juil - 15:21

Mercii :3
Contente que mon avatar vous plaise ~ :B
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


☩ Angelika  ♯ Ferme-la et barre-toi.  Empty
MessageSujet: Re: ☩ Angelika ♯ Ferme-la et barre-toi.    ☩ Angelika  ♯ Ferme-la et barre-toi.  EmptyDim 5 Aoû - 9:47

Alors comment avance ta fiche ? °3°
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


☩ Angelika  ♯ Ferme-la et barre-toi.  Empty
MessageSujet: Re: ☩ Angelika ♯ Ferme-la et barre-toi.    ☩ Angelika  ♯ Ferme-la et barre-toi.  EmptyDim 12 Aoû - 11:40

    Welcome o/
    Jolie vava <3 bonne chance pour la suite si ce n'est pas fini (j'avoue que j'ai la flemme de lire *sort loin*)
    Enfin si tu as finis, n'hésite pas à venir me secouer pour que je le fasse !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


☩ Angelika  ♯ Ferme-la et barre-toi.  Empty
MessageSujet: Re: ☩ Angelika ♯ Ferme-la et barre-toi.    ☩ Angelika  ♯ Ferme-la et barre-toi.  EmptyDim 12 Aoû - 14:45

Ed' → Merci ~
& Encore merci x)

Et, justement, je viens de finir ma fiche ~ :3
HS: Elune, Win' te remercie pour sa validation ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


☩ Angelika  ♯ Ferme-la et barre-toi.  Empty
MessageSujet: Re: ☩ Angelika ♯ Ferme-la et barre-toi.    ☩ Angelika  ♯ Ferme-la et barre-toi.  EmptyDim 12 Aoû - 14:58

    Je dois partir donc je lirai ta fiche ce soir, mais j'ai lu en diagonale et ça me semblait bon. Promis, je prends le temps de tout lire tonight, mais en attendant, pour que tu puisses déjà commencer, je te valide ! o/

    Bienvenue chez les rebelles et amuses-toi bien. :D
Revenir en haut Aller en bas
The director
PNJ
The director

Messages : 45
Date d'inscription : 30/06/2012

☩ Angelika  ♯ Ferme-la et barre-toi.  Empty
MessageSujet: Re: ☩ Angelika ♯ Ferme-la et barre-toi.    ☩ Angelika  ♯ Ferme-la et barre-toi.  EmptyDim 12 Aoû - 15:00

    Chambre n°4 pour toi aussi.

    Tu pourras discuter avec les autres, mais silence dès le couvre-feu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teru-no-uta.forumactif.org
Invité
Invité
Anonymous


☩ Angelika  ♯ Ferme-la et barre-toi.  Empty
MessageSujet: Re: ☩ Angelika ♯ Ferme-la et barre-toi.    ☩ Angelika  ♯ Ferme-la et barre-toi.  EmptyDim 12 Aoû - 15:06

D'accord, merci :B
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




☩ Angelika  ♯ Ferme-la et barre-toi.  Empty
MessageSujet: Re: ☩ Angelika ♯ Ferme-la et barre-toi.    ☩ Angelika  ♯ Ferme-la et barre-toi.  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
☩ Angelika ♯ Ferme-la et barre-toi.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit probleme :O (barre xp)
» Sois bonne et ferme ta gueule ! [Mae]
» barre de coupe Stockey & Schmitz
» Martelly ferme et ouvert promet un changement de direction
» Le B.A.B. : Bayonne-Anglet-Biarritz

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TEST :: Le commencement :: Dossiers scolaires :: Validés-
Sauter vers: