Partagez
 

 Clowry Clifton

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


Clowry Clifton Empty
MessageSujet: Clowry Clifton   Clowry Clifton EmptyMer 22 Aoû - 22:00



Clowry Clifton




    Âge : 27 ans
    Nationalité : Écossaise
    Rang : Humain sans don
    Groupe : Elle travaille en tant qu’infirmière pour la Ghost Gakuen.

    Clowry Clifton 684062iconwyurib21



Caractère

Comment pourrait-on d’écrire vraiment, qui elle ait ? Est-elle quelqu’un de simple à comprendre ? Sans doute pas pour la majorité des gens. Il est vrai qu’elle possède un côté honnête à sa personnalité… Comme son sérieux, son calme en de nombreuses situations, sa façon naturelle de parler. Elle pourrait vous paraitre un peu froide de premier abord, mais si vous venez à elle pour demander des soins vous pouvez être sûr qu’elle fera son possible pour soigner votre mal. Elle ne supporte pas les blessures physiques que ce soit sur elle autant que sur vous… Et même si elle ne montre rien et reste professionnelle, cela lui fait mal de voir quelqu’un blessé et souffrir de cette blessure. Sans doute à cause de son propre traumatise que ses cicatrices lui rappelle sans cesse. Elle aurait, bien sûr, put les faire disparaitre grâce à la chirurgie, mais elle préfère garder en mémoire les événements qui ont menée à la création de ces dernières. Oui, elle est prisonnière de son passé, même si elle garde tout pour elle, ayant promis à ses parents de tout oublier. Mais comment oublier l’accident qui a fait perdre la vie à l’être qui lui a permis de voir la vie sous un angle différent de celui de ces parents.
Elle a donc grandit et est devenu adulte en gardant ses propres pensées, sentiments enfermé au plus profond de son être. Des sentiments qui continuent à la hanter par moment, même si elle fait bien des choses pour que plus jamais ils réapparaissent au grand jour. Elle se ment donc constamment à elle-même sans vraiment s’en rendre compte et cela malgré le fait qu’elle ne soit plus la petite fille de ses parents…
Clow est donc ce qu’elle croit être, sans vraiment être elle-même. Ce qui ne l’empêche pas de vivre sa vie comme n’importe qui d‘autre. Même si elle est parfois trop sérieuse et rationaliste. Suivant plus facilement les pensées de son esprit que celles de son cœur. C’est peut-être pour cette raison qu’elle n’a jamais pu trouver en personne la moindre attirance et qu’elle ne comprend pas les gens qui sont attirés les uns vers les autres. Le seul qui avait réussi à ébranler un tant soit peu sa raison n’est plus de ce monde depuis près de dix ans et comme les années ont passé, j’ai bien peur que le mur d’autrefois est devenu bien plus épais et haut qu’avant… Ses jours sont froids, mais elle ne s’en plaint pas, et ne s’en est jamais plaint, ne serait-ce qu’une seule fois. Elle s’était déjà fait une raison, elle n’est pas faite pour éprouver le moindre sentiment d’amour dans cette vie. D’ailleurs, pour elle, ce sentiment ne devrait même pas exister… Il y a si peu de profondeur chez ceux qui se disent amoureux qu’elle souhaite presque que sa vie continue ainsi et qu’elle n’éprouve jamais ce sentiment. Aie, Aie, Aie, je sais, son cas à l’air désespéré, mais que voulez-vous, elle est une personne bornée et têtue qui n’arrivera pas à reconnaitre son erreur temps qu’elle n’aura rien ressenti par elle-même. Ce qui risque d’être dur, mais pas impossible.
Car après tout, elle n’est pas méchante pour autant, elle accorde bien chaleur et douceur à ceux qu’elle soigne, aide. Elle devrait donc bien pouvoir un jour faire ressortir tout ce qu’elle garde bien verrouillé dans les plus secrets recoins de son être.
Mais revenons maintenant à une autre facette de son côté rationnel. Car oui, à la Ghost Gukuen, ce côté d’elle est bien souvent en éveil. Vu qu’étant sans le moindre don pour voir ce que l’on appelle simplement fantôme, elle trouve toujours une raison des plus logique à une porte qui s’ouvre soudainement ou tout autre phénomène qui pourrait se produire dans l’établissement. Vous pourrez lui dire la vérité qu’elle ne vous croirait pas, même si un crayon pouvait flotter sous ses yeux. Elle ignore complètement l’irrationnelle de son existence. Pour elle, il n’y a rien qui n’a pas une raison logique qui puisse exister.
Ah et une dernière petite chose : Elle pourrait facilement se laisser prendre dans un challenge, un pari si vous le lui en proposer un. Tout dépend bien sur de la situations et de l’enjeux… Mais en général, elle se laisse facilement entrainer dans ce genre de jeux, mais refusant quand même, systématiquement ceux avec de l‘argent.

Je pense que pour l’instant ces grandes lignes vous suffiront… Et s’il vous vient l’envie d’en savoir plus sur elle, il vous suffit d’aller la voir, elle n’est pas du genre à refuser la discussion. Et ainsi vous pourrez vous faire votre propre opinion à son sujet, sans être trop influencé par la mienne, en tout cas, je l’espère…
Clowry Clifton 224824iconwyuris21


Physique

Physiquement, notre jeune infirmière est, ce que l’on peut parfois appeler une belle plante, même si elle a du mal à se voir comme telle. Pourtant, à bien la regarder, il est difficile de comprendre ce qu’elle n’aime pas en elle… Son corps est élancé et bien proportionner par rapport à sa taille. Une taille qui ne dépasse pas les 1 m 63, sauf quand elle porte des talons bien évidemment. Étant plus jeune, elle rêvait d’être immense et de dépasser le mètre 80, mais au jour d’aujourd’hui, elle ne s’en plaint plus, exception faite lorsqu’elle a besoin d’attraper quelque chose qui n’est pas à sa hauteur et qui l’oblige à utiliser un escabeau, une petite marche,… En ce qui concerne le reste de ses mensurations, je vous laisserai lui demander personnellement, car je pense qu’elle m’en voudrait un peu d’en dévoiler trop de ce côté, même si elle n’a rien à cacher et que ses tenues souvent proche du corps nous laisse sans grande difficulté imaginer ses courbes. Des courbes qui se dessinent sur une peau claire qui, en un simple coup d’œil, nous laisse penser qu’elle ne va guère souvent au soleil. Et pour cause, si elle y reste trop longtemps, elle ne se mettra pas à bronzer, mais plutôt à cuire, sa couleur virant au rouge bien vite. Elle a bien peu de chance de ce côté-là, mais comme elle reste plus souvent en intérieur qu’en extérieur, elle arrive facilement à éviter ce désagrément. Mais passons… Que j’en vienne à vous parler de ce qui la dérange le plus avec ce corps. Cela n’a sans doute rien d’extraordinaire, me direz vous, mais elle possède trois cicatrices qui lui sont devenues comme un fardeau… Pourtant, aussi étrange que cela puisse paraitre, elle a beau dire les détester, elle n’a jamais pensé à les faire disparaitre grâce à n’importe quel acte chirurgical. La plus petite doit faire dans les 5 centimètres et se situe sur son flanc droit. La seconde et la troisième sont assez proches l’une de l’autre. Une d’elle va du haut de son épaule droite et descend jusqu’en bas de son omoplate, atteignant presque les 20 centimètres. Et la dernière dans la longueur son bras droit ne doit pas être loin de faire 9 centimètres. Ceci fait que même si elle porte des vêtements proches du corps, elle évite toujours de porter des hauts transparent, court en manche. Vous ne la verrez donc jamais porter de débardeur en public, même si elle peut parfois en porter sous une chemise ou une veste.
Avant de passer au reste, il me reste un dernier point sur lequel je ne suis pas passé : Ce sont ses mains. Oui, ses mains… Des mains à la fois ferme et douce aux longs doigts qui peuvent faire penser à ceux d’un pianiste même si elle n’a jamais touché un piano de sa vie.
Et s’il vous vient l’idée de demander quelle est la partie de son corps qu’elle préfère, elle vous répondra, ses poignets sans la moindre hésitation et aussi étrange que cela puisse être. Vous vous demandez peut-être pourquoi cette partie là, alors que c’est une partie du corps qui ne ressort pas souvent..? La réponse est bien simple… Le premier compliment qu’elle a reçu de son premier amour (inavoué) fut sur ses poignets. Et à force de se demander pourquoi il leur avait fait un tel compliment, elle a fini par trouver, elle aussi, qu’ils avaient leur charme… Choisissant ses poignets comme premières parties de son corps.
Mais je parle, je parle et je n’ai encore rien dit sur son visage… Un visage qui donne une première impression un peu dur, malgré sa chevelure aux légères ondulations d’un roux sombre qui lui tombe jusqu’à mi-dos et qu’elle n’attache que lorsqu’elle reçoit quelqu’un à soigner à l’infirmerie. En d’autres temps, elle les préfère libre de leur mouvement, même lorsque le vent souffle fort et qu’ils viennent gêner sa vue. Une vue qui exprime sans le vouloir, une expression un peu dur dont elle n’arrive pas à se défaire facilement et pourtant, elle essaye souvent devant une glace de se donner un air plus doux. Mais est-ce la faute de ses yeux ou de ses lunettes..? Non, cela doit être son visage naturel, auquel elle ne peut rien y faire. Car oui, elle porte des lunettes et cela pas pour se donner un style, mais bien parce qu’elle en a besoin. Un de ses yeux étant pratiquement mort même avec des verres, quant à l’autre il a une vue faible à force de compenser la déficience du premier. Donc, retirez lui ses lunettes et elle ne saura voir qu’une ombre en face d’elle, aux contours incertains et troubles. Celui qu’elle est sur le point de perdre est d’un marron aux reflets rouge comme le sang qui s’y est infiltré lors de l’incident qui lui a aussi valu les cicatrices dont je vous ai parlé plus tôt. Quant à celui qu’on peut dire valide, il a gardé sa couleur naturelle qui est d’un vert clair et pâle. Les autres traits de son visage sont fins et le tout, s’assemble plutôt bien.
Au final, je ne dirais qu’une chose, elle sait se mettre en valeur physiquement, mais elle est incapable de le reconnaitre, ni de le voir…
Clowry Clifton 224824iconwyuris21



Histoire

L’histoire de Clowry, nous ramène 27 ans en arrière, à l’époque où elle vit le jour dans une petite clinique dans un village reculé d’Écosse lors d’une nuit orageuse d’automne. L’orage avait fait sauter l’électricité et le circuit de secours de la clinique avait pris le relais, de quoi rendre la mère de notre personnage principal inquiète pour la suite de l’accouchement. Heureusement en dehors de ce petit désagrément et après quelques heures de travail douloureux, l’enfant vint au monde pendant la troisième heure du jour en pleine santé.

Fille unique, elle fut élevé avec tout l’amour de ses parents, n’ayant rien à redire de sa jeunesse… Malgré le fait que sa mère la couvée un petit peu trop. Mais elle ne le voyait pas ainsi et voulait sans cesse rendre la pareille à ses parents en essayant toujours de faire de son mieux autant dans ses études, que dans ses manières. Même si et cela elle l’avait regretté, elle n’avait jamais réussi à être dans les premiers. Ce qui était un problème à l’époque, car elle avait beau faire tous les efforts du monde possible, elle n’arrivait qu’à grande peine à s’améliorer ne serait-ce qu’un peu, se fermant quelque peu à l’amitié pour se plonger toujours plus dans les études. Cependant, le fait de peu sortir et de n’avoir que ses études comme objectif, ainsi que le bien-être de ses parents n’était pas la solution en soi et cela, elle ne le comprit que plus tard lorsqu’elle entra au lycée.

A cette occasion, elle fit la connaissant d’un jeune garçon, de plus d’un an son ainé… Une rencontre qui marqua un tournant dans sa vie, même si elle ne le vit pas tout de suite. Une rencontre qu’elle aurait voulu effacer de sa mémoire à jamais. Voulez-vous que je vous raconte..?

Ils n’étaient à la base pas du tout destinée à se côtoyer ; elle, très réservée et peu enclin à l’agitation des jeunes de son âge et lui était un lycéen à problèmes, préférant s’amuser qu’étudier et avec un beau palmarès de séductions.
D’ailleurs, si mes souvenirs sont exacte, ils se croisèrent quelques jours à peine après la rentrée scolaire. Les cours étaient terminés et Clow se dirigeait vers la bibliothèque du lycée pour emprunter quelques livres. Ce fut-là, entre deux rangés de livre qu’elle surprit un garçon et une jeune fille en train de rompre, même si à bien écouter, la fille ne l’entendait pas de cette oreille. Embarrassée d’assister à une telle scène, elle était sur le point de faire demi-tour lorsque le garçon la remarqua et lui attrapa le bras pour la retenir.

" - Pourtant, tu devrais me croire, et pour preuve, tu as là devant toi ma nouvelle copine, alors arrête de t’acharner, je ne reviens jamais vers ceux que je décide de quitter. "

" - Je n’arrive pas à te croire, une sainte ni touche comme celle-là, comment pourrait-elle être avec toi..? "

" - Tu n’as qu’à lui demander toi-même… "

Elle n’arrivait pas à croire ce qui se passait sous ses yeux. Clowry s’était retrouvé bien malgré elle, embarquée, en plein milieu de leur histoire. Et de surcroit, le jeune homme la faisait passer pour sa petite amie aux yeux de celle qu’il essayait de quitter. Non, cela était trop irréel pour lui arriver à elle, cela n’arrive que dans les livres ou les films…

" - C’est, ce que j’ai bien l’intention de faire… "

Hein, lui parler, mais… mais, elle n’avait jamais menti et ne savait pas mentir. D’ailleurs pourquoi pensait-elle à mentir. Elle n’aurait qu’à dire la vérité et ainsi, ils régleraient leur compte sans elle… Oui, c’était exactement la conduite à tenir dans ce genre de situation.
Mais alors que la jeune fille allait lui poser la première question, le jeune homme qui la retenait toujours par le bras, la tira vers lui sans qu’elle s’y attend pour venir l’embrasser soudainement sur la bouche. Ce qui la paralysa de stupeur sur le moment.

" - As-tu besoin de preuve supplémentaire pour enfin sortir de ma vie..? "

La jeune fille sans doute offensé par le geste du jeune homme, le gifla avant de sortir en courant, les larmes aux yeux, de la bibliothèque.

" - Elle a au moins le mérite de savoir frapper… "

Lança le garçon avant de se tourner vers celle qui lui avait servi d’alibi dans sa rupture, lui lâchant par la même occasion le bras. À la suite de quoi, et avant même qu’il ouvre la bouche, elle se laissa tomber à même le sol. Ainsi assisse, elle essaya de rassembler ses pensées… Son premier baiser, elle… elle se l’était fait voler par un inconnu qui semble jouer avec les filles comme on joue à n’importe quel jeu.
Le garçon s’accroupit pour pouvoir lui faire face.

" - Eh ! Ça va bien..? "

Elle leva ses yeux pour pouvoir voir son agresseur en face.

" - Tu… Tu es écœurant… "

Une unique larme glissa de son œil, le long de sa joue pour finir sa course sur le sol puis elle réajusta ses lunettes pour ensuite se redresser et aller chercher sans un autre regard au jeune homme les livres qu’elle était venue prendre avant de quitter les lieux. Espérant bien laisser cette histoire là et ne plus jamais avoir à y penser.

A bien y penser et à voir comment s’était passé leur première rencontre, il est difficile de pensé qu’il allait finir par s’entendre un jour, enfin plus ou moins. Et pourtant…

L’année suivante à cause du peu de présence du jeune homme en cours, il dut redoubler et tomba dans la même classe que Clow. Elle ne put que le reconnaitre, ayant tout fait l’année passée pour ne plus croiser sa route lorsqu’il venait dans l’établissement qu’ils fréquentaient tout deux. Malheureusement, cette année, elle ne pourrait pas faire de même, aussi facilement. Comble de son malheur, il choisit de s’installer au bureau à côté du sien. Et à partir de ce jour, il n’arrêta pas de la taquiner, comme s’il s’amusait à tester jusqu’à quand elle pourrait garder ce visage figé de la gentille petite étudiante. D’ailleurs ce n’est pas qu’une supposition, il le lui déclara de lui-même.

" - Une fille normale aurait fuit en pleure, m’aurait gifler ou même pourquoi pas, serait tombé sous mon charme. Mais toi, tu n’as laissé échapper qu’une larme avant de faire comme si rien ne s’était passé. Et comme j’en ai l’occasion cette année, je vais voir jusqu’à quel point tu peux arriver à ignorer ma présence, ainsi que tes véritables sentiments… Enfin une année qui semble intéressante. "

C’est avec ce discourt d’ouverture que commença donc leur année en tant que camarade de classe. Une année des plus inconfortable pour la jeune fille qui se faisait taquiner chaque jour par ce jeune garçon du nom d’Ace Shardland. Mais aussi inconfortable fut ce début d’année, elle le surmonta, ignorant tout autant qu’elle le pouvait la présence de cet élément des plus gênant dans cette classe. Malgré cela, ou plutôt à cause de cela, elle avait fini par penser beaucoup à lui et à la raison qui le poussait à agir de la sorte. A chaque fois, qu’elle en venait à réfléchir à tout ça, elle faisait tout pour se trouver une occupation qui lui permettait de ne plus y penser. C’était un garçon pénible et rien n’y ferait, alors à quoi bon y penser, rien ne changerai.
Puis, vers le milieu de l’année, un événement arriva qui changea la façon dont Clowry percevait le garçon… Un événement des plus banal, mais qui lui permit de voir un bon côté de Ace. Elle surpris une conversation entre le garçon et deux autres de ses camarades de classe devant son casier.

" - … Pourquoi nous empêches-tu d’agir ? Tu t’amuses bien à la torturer, non ? Alors, pourquoi ne nous laisse tu pas t’aider..? "

" - Comme si j’avais besoin de votre aide… J’ai fait un pari très sérieux avec elle et je tiens à ce qu’il reste équitable jusqu’au bout, alors ne vous en mêler pas !
Si je vous reprends à essayer de lui faire une telle farce, je vous apprendrai vraiment ce que torturer quelqu’un veux dire. "


" - C’est bon, on se tire… "

Elle n’avait peut-être pas suivi toute la discussion, mais ce qu’elle avait entendu était bien suffisant pour qu’elle comprenne l’essentiel de la conversation. Elle sentit même une bouffé de chaleur l’envahir qui la poussa à revenir sur ses pas pour aller se réfugier quelques minutes dans les toilettes pour filles. Remarquant une fois sur les lieux et devant le miroir, que ses joues avait viré au rouge. Pourquoi réagissait-elle à cette simple scène ? Elle ne le comprenait pas encore en cet instant et attendit quelques minutes que la pression qu’elle ressentait redescende avant de sortir pour rentrer cher elle.

Une fois chez elle, ses devoirs terminés, elle se laissa partir dans une longue réflexion, couché sur son lit, ses yeux regardant le plafond dans le vague. C’était la première fois qu’elle pensait au jeune homme sans essayer de fuir ses propres pensées… Et après plusieurs heures à retourner sans dessus dessous son esprit, elle en vient à la conclusion qu’elle devait le prendre aux sérieux, vis-à-vis du pari qu’il avait lancé. Pari, qu’elle n’avait pas pris en considération jusque là, malgré l’insistance de ses attaques tout au cours de ce début d’année scolaire.

Le lendemain, en partant pour les cours, elle ressentit de l’appréhension, ne sachant si elle arriverait à gérer son calme habituel et ce qu’elle avait découvert la veille sur le jeune homme. Prenant, une grande inspiration avant de rentrée dans l’établissement, elle affirma dans son esprit sa résolution et alla rejoindre sa classe. A son grand soulagement, il était absent aujourd’hui… Cela lui laissa une journée de répit avant de l’affronter… Malheureusement, se répit ne dura qu’une semaine, jusqu’à ce que leur professeur désigne Clow pour aller porter ses devoirs à Ace, ayant été absent pour cause de maladie et comme personne ne se désignait en dehors de quelques filles surexcité de la classe. Des fans du jeune homme que l’enseignante préféra éviter d’envoyer à un malade… Clowry fut donc de corvée… Ce qui ne l’arrangeait pas, mais elle s’y résolut et elle se dirigea jusque chez lui juste après les cours.

Une fois devant la porte du malade, elle resta quelques instants sans rien faire, puis, se raisonnant elle finit par sonner et un gamin d’à peine 8 ans vint lui ouvrir. Un Ace miniature des plus adorables si on devait le comparer à son frère.

" - Est-ce que je suis bien chez Ace Shardland..? "

" - Vous êtes une amie de mon grand-frère ? "

" - Euh… Oui… "

Que pouvait-elle répondre d’autre à un enfant. Elle ne pouvait pas lui répondre : Non désolé, mais ton frère et moi on est bien loin d’être ami. On ressemblerait plus à des ennemis qu’à toutes autres choses… Et encore, elle-même n’est pas sur de pouvoir continuer à le traiter d’ennemi. Il était vrai qu’elle lui en voulait toujours pour leur première rencontre, mais en dehors de ça, elle n’arrivait pas à se dire qu’elle le déteste depuis la conversation qu’elle avait surprise… Même si d’un autre côté, elle n’était pas prête non plus à le voir comme un allié.

" - Je suis là pour lui apporter ses devoirs… Tiens, tu voudrais bien les lui donner pour moi..? "

" - Je me disais bien que je reconnaissais cette voix… "

Apparaissant à une des portes du couloir d’entrée, Ace fit son entrée dans la conversation.

" - Je suis surpris que ce soit toi qui vienne à moi… Je n’aurais jamais pensé que tu acceptes une tâche t’obligeant à me faire face. "

" - Grand-frère, ce n’est pas ton amie..? "

" - Si bien sûr, sinon, elle ne serait jamais venue jusqu’ici…
Allez entre et viens faire ton devoir de bonne étudiante tant que j’ai l’esprit assez clair pour réfléchir. "


Elle avait envie de fuir les lieux, mais comme il l’avait si bien dit, elle ne s’était jamais d’effiler face à ses devoirs et avait toujours joué le rôle de la bonne étudiante. Elle ne pouvait donc pas fuir ses propres convictions et n’avait donc d’autre choix que d’aller de l’avant. Lui faisant faire le tour des leçons qu’il avait manquées, lui expliquant les points qu’il ne comprenait pas. Ce fut sans doute la première fois qu’ils échangèrent autant. Puis, après deux heures d’études aussi intensif, le jeune homme s’endormit, encore affaibli par son mal. Décidément, il semblait tout faire pour la mettre dans l’embarras. Soupirant, elle essaya de le réveiller pour qu’il aille se mettre dans son lit, mais rien à faire, il semblait être partie bien loin dans ses songes. Elle décida donc avec ses faibles forces de jeune fille de le supporter jusqu’à son lit. Le chemin était cours de son bureau à son lit, mais la tâche ne fut pas simple, heureusement, elle finit par y arriver, l’allongeant et le couvrant d’une couverture. Puis, au moment où elle voulut s’éloigner, il attrapa son poignet.

" - Merci… "

Elle s’était laissée avoir…

" - Réveillé ! J’imagine que tu t’es encore bien amusé… "

" - Peut-être… Mais ne croit pas que j’abandonnerais, ta résistance est vraiment une des parties les plus amusantes en toi et j’ai hâte de voir ce qu’elle cache. Même si pour cela je dois briser ton mur brique par brique. "

" - Bon courage, alors.
Maintenant, si tu voulais bien me lâcher que je puisse rentrer chez moi. "


Amuser, il sourit avant de tirer le poignet qu’il avait en main vers lui pour venir déposer ses lèvres sur son avant bras et lui faire un suçon.

" - De quoi t’embêter le temps que je revienne. "

Elle soupira, récupéra son poignet et alla ranger ses affaires avant de prendre congé de lui. Elle passa dire en revoir à son frère et son père qui était rentré du travail entre temps et elle quitta ce lieu sans autres mésaventures. Une fois à la maison, elle alla directement dans sa chambre pour poser ses affaires et regarder pour la première fois depuis qu’elle l’avait quitté, son bras et la marque qu’il avait laissée.

* - Mais quel gamin ! *

Elle redescendit sa manche pour ne plus y penser et fit comme s’il ne s’était rien passé… Même si, et elle ne l’avouera sans doute jamais, Clow fut plus que troublé par son geste.

Le week-end passé, il était de retour en cours et le train-train quotidien reprit sa place par la même occasion. Une routine qui finit par faire penser à ses camarades que finalement, les deux jeunes gens ne s’entendaient pas si mal que ça et que toute cette comédie, qu‘il jouait, n‘était qu‘une façon comme une autre d‘entretenir une relation entre deux bons amis, malgré que la jeune Clow, se refuser à le voir de la sorte. Et cela dura, jusqu’à l’incident qui arriva lors de la sortie de fin d’année.
Un incident qui allait se produire alors que toute la classe se trouvait dans le bus qui les menait vers la visite de certains châteaux de la région. Une visite qu’ils ne commencèrent jamais… Le bus se retrouvant impliquer dans un accident de la route qui prit la vie de 7 de ses camarades et blessa plus ou moins grièvement les autres. Elle-même n’en sortie pas indemne… Cependant, elle aurait pu être encore davantage touché si Ace qui était assis à ses côtés, n’avait pas essayé de la protéger. La laissant vivre avec le poids de sa mort. Alors qu’il n’avait aucune raison de la protéger… Elle ne l’avait jamais accepté, et ils ne pouvaient se considérer réellement comme amis. N’arrivant pas à comprendre ses actes, elle commença à se sentir coupables vis-à-vis de lui, particulièrement lorsqu’elle pose les yeux sur les cicatrices que cet événement tragique grava en elle.

La population fit son deuil, ses parents préférèrent la changer d’établissement scolaire pour lui faire oublier au plus vitre cet incident. Mais ce ne fut encore une fois qu’une histoire d’apparence… Ces parents avaient des attentes à son encontre et elle ne voulait les décevoir, elle garda donc sa culpabilité et sa tristesse en elle pour recommencer ou plutôt continuer la vie toute tracé que ses parents avaient choisi pour elle.
Elle aurait pu se rebeller contre eux et la façon dont il voulait la forcer à tourner la page, cependant, Clow après tout cela, n’avait plus la force de dire ou de penser autrement que comme eux le désirer. Elle se laissa donc manipuler…

Une fois sortie du lycée, elle entama des études de gestion pour suivre les traces de son père qui désirait ardemment qu‘elle reprenne l‘affaire familiale. Mais à la grande surprise de ses parents, et après presque 5 ans, elle abandonna l’idée d’être leur héritière pour essayer de suivre un tout autre chemin… Elle devait se retrouver et non continuer ainsi à suivre aveuglément un chemin qui aujourd’hui ne semblait plus lui correspondre comme cela avait été le cas dans sa jeunesse. Elle s’en voulut de ne se réveiller que maintenant, mais qu’importe, mieux valait maintenant que jamais.

Quittant le foyer familiale à 24 ans, elle alla de petits boulots en petit boulot pendant les premiers mois de son indépendance, recherchant ce qu’elle pourrait faire d’elle-même. Malgré que ses parents faisait tous pour essayer de la ramener à eux.
Puis, elle finit par faire un remplacement dans une école en temps qu’infirmière. Ce fut lors de ce court emploi, qu’elle se décida pour cette voie qui lui paraissait comme une expiation face à la vie qu’elle avait prise. Elle étudia donc de nouveau pour passer le concours qui lui permettrait d’exercer avec le soutien d’un diplôme. Elle ne trouva pas tout de suite une place, mais elle ne se découragea pas, arrivant à son but et trouvant un job en tant qu’infirmière dans un lycée des plus classique après quelques semaines de recherche. Elle y resta un peu plus d’une année jusqu’à ce qu’on lui propose un transfère dans un autre lycée bien éloigné de celui dans lequel elle se trouvait, mais qui avait justement cet éloignement de positives. C’était un moyen comme un autre de fuir de façon plus responsable que de simplement partir à l’autre bout du monde sans point de chute… Ce qui fait qu’après une courte réflexion, elle décida de partir pour ce nouveau poste à la Ghost Gakuen.

Au jour d’aujourd’hui, cela fait 2 mois qu’elle s’y trouve….

Clowry Clifton 224824iconwyuris21


And you ?

Âge : pfuuu…
Comment avez-vous découvert le forum : En cherchant de-ci de-là un forum dans lequel je pourrais m‘y remettre.
Comment le trouvez vous : A découvrir…
Code : validé par eddychou
Autre : Cela fait bien 3 ans que je n’ai plus rp, donc je m’excuse par avance si j’ai l’air un peu rouillé sur les bords ou complétement à côté de la plaque... J’espère ne pas trop avoir perdu la main.
Clowry Clifton 684062iconwyurib21
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Clowry Clifton Empty
MessageSujet: Re: Clowry Clifton   Clowry Clifton EmptyMer 22 Aoû - 22:07

    Bievenue madame o/
    Je valide donc cette belle fiche ~
Revenir en haut Aller en bas
 
Clowry Clifton
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TEST :: Le commencement :: Dossiers scolaires :: Validés-
Sauter vers: